CHRONIQUE: L'ENVERS DU DÉCOR

Et si nous parlions de... salle de bains. Qui se souvient encore aujourd'hui du temps, où l'eau ne « courrait » pas jusqu'à un robinet? Du temps où pour se laver, il fallait aller chercher l'eau au puits?

Le tournant se produisit à la fin du siècle dernier, consécutivement, à la croissance industrielle et à celle de la population des villes. L’effet corollaire fut de polluer grandement l’eau des puits. Une urgence sanitaire s’imposait alors, on l’appela « salubrité publique », car, elle coïncidait avec la présence récurrente... d’épidémies. L’eau potable et courante pour tous est ainsi une conquête récente. Sa matérialisation sous les traits de ce qui fut préalablement salle d’eau et que connaissons sous le nom de salle de bains (parce que dotée d’une baignoire), l’est bien davantage.

Unité d'Habitation de Berlin de Le Corbusier, transformé par Philipp Mohr Photo ©️ Philipp Mohr
Unité d'Habitation de Berlin de Le Corbusier, transformé par Philipp Mohr
Photo ©️ Philipp Mohr
Unité d'Habitation de Berlin de Le Corbusier, transformé par Philipp Mohr Photo ©️ Philipp Mohr
Unité d'Habitation de Berlin de Le Corbusier, transformé par Philipp Mohr
Photo ©️ Philipp Mohr

Quittant la sphère privilégiée des hôtels particuliers ou des demeures, c’est, par la construction de grands ensembles, après guerre, que la salle de bains s’est popularisée, donnant la possibilité de produire en série l’appareillage nécessaire. Alors comment comprendre que cet espace rendu aujourd’hui intime, contrairement aux bains qui, à travers les âges, furent essentiellement publics, indissociable du confort moderne, puisse encore connaître une certaine difficulté, à trouver... place?

Citons, une nouvelle fois, l’exemple de la Cité Radieuse construite à Marseille en 1952. Ici encore, les choix d'agencement de Le Corbusier sont très avant-gardistes. À l'époque, il y avait une salle de bains pour tout un appartement et les toilettes étaient souvent sur le palier. Le Corbusier a une nouvelle fois bousculé les codes en proposant une salle d'eau, dissimulée derrière une porte coulissante, complétant une salle de bains et des toilettes privatifs. Certes Le Corbusier n’osa pas apporter à la salle de bains, jour et ventilation naturels, mais nous sommes au début des années 50, au sortir de la guerre, et le progrès reste retentissant!

Cité Radieuse à Marseille de Le Corbusier Photo © Yuichiro Ishikawa sur Pixabay
Cité Radieuse à Marseille de Le Corbusier
Photo © Yuichiro Ishikawa sur Pixabay
En septembre 2014, douze étudiants du Master Design de Produit de l’ECAL ont été invités à réfléchir à une collection d’objets permettant de répondre aux besoins quotidiens dans la Cité Radieuse à Marseille Photo ©️ Michel Bonvin
En septembre 2014, douze étudiants du Master Design de Produit de l’ECAL ont été invités à réfléchir à une collection d’objets permettant de répondre aux besoins quotidiens dans la Cité Radieuse à Marseille
Photo ©️ Michel Bonvin

Aujourd’hui, malheureusement, les logements dits sociaux ne bénéficient toujours pas de ce confort supplémentaire, et la salle de bains reste singulièrement triste, en retrait de l’évolution typologique de l’autre élément fondamental de l’habitat moderne, la cuisine. Si la cuisine a pu s’ouvrir, c’est en « volant » un peu d’espace au séjour, et s’y associer. Les bains quant à eux, demeurent encore une portion congrue.

Les raisons attachées le plus souvent au coût n’ont pas toujours valeur de justification. Il y a, au-delà des mœurs et de leur lent changement, une idée de l’objet, du meuble, qui n’est pas aboutie. L’habitat individuel a toujours pu s’offrir ce privilège. Le Corbusier, toujours lui, proposa pour la Villa Savoye, en 1928, déjà, une salle de bains unitaire, comme creusée dans la masse. Entièrement ouverte et carrelée comme dans un hammam, elle est éclairée par un puits de lumière, communique directement avec la chambre, et dispose d’une banquette sur le modèle de la fameuse chaise longue LC4 conçue par Charlotte Perriand.

Salle de bains de la Villa Savoye Photo © Le Corbusier Revisited
Salle de bains de la Villa Savoye
Photo © Le Corbusier Revisited
Salle de bains de la Villa Savoye Photo © Le Corbusier Revisited
Salle de bains de la Villa Savoye
Photo © Le Corbusier Revisited
Villa Savoye à Poissy de Le Corbusier Photo © Michal Lewin
Villa Savoye à Poissy de Le Corbusier
Photo © Michal Lewin

Plus récemment, l’architecte hollandais Rem Koolhaas joua avec malice sur une duplicité extérieur-intérieur conjuguant la salle de bains avec la cour-jardin de la Maison du Jeudi à Bordeaux (1998), où le mobilier imaginé par Maarten van Severen s’inspire du vocabulaire des toilettes publiques...

La salle de bains sera-t-elle demain associée naturellement à la chambre, prenant l’espace lors de son usage, puis le rendant à volonté, sans pour autant que cela devienne un luxe? Cet appel à la confusion des genres, éviterait alors une autre confusion celle de l’enfermement dans le plus petit espace clos nécessaire et celle de la privacité.

Maison du Jeudi de Rem Koolhaas à Bordeaux Photo © David Alf
Maison du Jeudi de Rem Koolhaas à Bordeaux
Photo © David Alf

Texte: Philippe Meyer
de: Maisons et Ambiances, numéro 03/20

Partager cet article
En navigant sur ce site internet, vous acceptez l’emploi de cookies. Informations sur la protection des données